Les Îles Galápagos

Les Îles Galápagos

Nous avons passé dix jours sur trois des îles de l’archipel des Galápagos.

L’archipel des Galápagos, qui signifie l’archipel « des tortues de mer », est constitué d’une quarantaine d’îles volcaniques d’âges différents, à un millier de kilomètres du continent américain. Seulement quatre îles sont habitées. Cet archipel est renommé pour sa biodiversité unique au monde, protégée par le Parc National des Galápagos, créé en 1959. Certaines îles ont reçu la visite de Charles Darwin en 1835, qui a étudié la faune locale et en aurait tiré des hypothèses pour l’élaboration de sa théorie de l’évolution, quelques années plus tard. 

Une fois n’est pas coutume, nous voyageons en avion. Après nous être délestés d’une taxe pour le contrôle des bagages à l’aéroport de Quito (!), nous embarquons dans un avion quasiment vide. Ça ne va pas aider pour notre bilan carbone ! 

Notre première étape est l’île San Cristobal, cinquième plus grande île de l’archipel, où se situe sa capitale administrative. En marchant sur la promenade aménagée près du port de Puerto Baquerizo Moreno, nous réalisons qu’ici nous ne sommes que de simples visiteurs, et que les vrais maîtres des lieux, ce sont les animaux ! Plus précisément les lions de mer sur la plage et la promenade, qui se prélassent au soleil. Nous aurons l’occasion d’en voir dans des endroits incongrus : sur des bancs, au milieu de passerelles, voire avachis sur un chaise à une terrasse de café ! Il est demandé de ne pas s’approcher à moins de 2 mètres des animaux, mais nous avons parfois été obligés d’enjamber ces mammifères patapouf endormis !

Nous avons l’occasion de voir des dizaines d’iguanes marins au sud de la ville. Il faut ouvrir l’œil pour les distinguer au milieu des roches volcaniques ! Il vaut mieux également éviter de marcher à côté d’eux lorsqu’ils crachent, ce qu’ils font régulièrement afin d’évacuer le sel !

Nous nous sommes baignés à deux plages : la Lobería et la plage Punta Carola. Des dizaines de lions de mer se prélassaient sur le sable fin. Il y avait également des bébés, qui tétaient leur maman. Trop mignon ! Dans l’eau, équipés de notre masque et tuba, après seulement deux brasses, nous avons nagé avec plusieurs tortues de mer. Magique !

Après deux heures ensommeillées de traversée en bateau au petit matin, nous accostons sur l’île de Santa Cruz, qui abrite la plus grosse ville de l’archipel, Puerto Ayora. Nous visitons la station de recherche Charles Darwin, qui abrite un programme de reproduction de tortues géantes en captivité. Malheureusement, en s’installant sur les îles, les hommes ont emmené avec eux divers animaux (rats, chiens, chats, chèvres, vaches) qui mettent en danger les nids et les bébés tortues qui seraient nés dans la nature. Ajouté au fait que les tortues des Galápagos ont été décimées au XIXème siècle, car tuées pour leur carapace, pour fournir de l’huile ou de la nourriture, faisant disparaître cinq espèces de tortues terrestres sur les quinze originellement présentes. Résultat : actuellement, toutes les tortues naissent en captivité, sous surveillance, et sont relâchées dans la nature quand elles sont suffisamment grandes, soit vers l’âge de 5 à 10 ans.

Nous avons marché jusqu’à la magnifique plage de sable fin de Bahia Tortuga (la baie des tortues), où l’on aperçoit des anciens nids de tortues marines. Nous retrouvons des iguanes marins, et assistons au bain dans l’océan de l’un d’entre eux.

Accompagnés de Nesrine et d’Alexis, deux grenoblois rencontrés une semaine auparavant à Latacunga, nous avons exploré les hauts plateaux du centre de l’île. Nous avons commencé par los Gemelos, deux gouffres jumeaux, entourés d’une forêt dense. Puis nous avons visité la rancho Primicias. Sur la route pour accéder au ranch, nous rencontrons tout plein de tortues géantes, au milieu des champs, sur la piste… On a des vaches et des moutons dans nos champs en France, ici on trouve des tortues ! Nous avons marché dans un tunnel de lave souterrain de 400 mètres de long, formé par la solidification de la couche externe d’une coulée de lave, plus lente, alors que le cœur de la coulée, plus rapide, a continué son chemin. Clou de la journée, nous nous sommes promenés au milieu de tortues géantes, en semi-liberté, qui broutaient une bonne herbe verte ! Certaines tortues devaient approcher les 400 kilos et les 100 ans de longévité ! Impressionnant !

Une seconde traversée en bateau nous a emmenés sur la troisième île de notre séjour aux Galápagos, l’île Isabela. L’île Isabela est la plus grande de l’archipel, et la plus sauvage des quatre îles habitées. Déjà, dans sa ville aux rues sablonneuses, Puerto Villamil, on a une petite impression de bout du monde. À la descente du bateau, nous sommes accueillis par des lions de mer et des iguanes marins, qui se font sécher au soleil. Une fois nos sacs déposés à l’hôtel, nous nous équipons avec masque et tuba pour explorer en snorkeling la Concha de Perla, baie protégée près du port. Nous nageons à nouveau avec bonheur tout près de quelques raies et tortues, dont l’aspect diffère un peu de celles déjà vues sur l’île San Cristobal. 

Nous cassons un peu nos tirelires et prenons part à l’excursion phare de l’île Isabela, los Tuneles. Il s’agit de coulées de lave qui serpentent entre la mangrove et la mer, réputées pour l’extraordinaire variété d’animaux qu’on peut observer en snorkeling. Après une petite heure de navigation, nous accostons et faisons quelques pas sur la terre volcanique. Le terrain est déjà occupé par plusieurs fous à pattes bleues, dont certains encore au stade de la parade nuptiale ! Puis nous nous mettons à l’eau, avec une combinaison en Néoprène fournie par l’agence cette fois, car l’eau est plutôt fraîche en cette saison ! Au programme de cette session snorkeling : plein de tortues, quelques raies, pas mal de requins à pointes noires et à pointes blanches (ça surprend!), et deux hippocampes tout petits tout mimis !

Le lendemain, nous partons à pied jusqu’au muro de las lágrimas (le mur des larmes). Ce mur de roches volcaniques de 100 mètres de long a été construit par les prisonniers, dans le seul but de les occuper, à l’époque où l’île abritait un centre pénitentiaire, qui a fermé en 1959. Le mur est encore là, pour se souvenir des conditions inhumaines dans lesquelles vivaient et travaillaient ces prisonniers. En chemin, nous croisons ou doublons (pas difficile) plusieurs tortues terrestres et profitons de la belle vue sur l’île depuis le mirador du Cerro Orchilla. Nous faisons aussi plusieurs arrêts sur les nombreuses petites plages, cachées par la mangrove, où se trouvent pélicans, lions de mer, iguanes marins, crabes, et au bord de lagunes, où se cachent oiseaux colorés et flamants roses.

Nous avons fait le tour de ce que nous voulions faire sur l’île Isabela, donc après une dernière session snorkeling à la Concha de Perla où Romain s’est fait narguer par un lion de mer qui virevoltait à toute vitesse dans l’eau (Delphine étant trop lente à rentrer dans l’eau très tiède pour nager avec lui), nous reprenons un bateau pour l’île Santa Cruz. Cette fois, la traversée a été plutôt mouvementée, avec des fortes secousses : on a dû se tasser d’un centimètre ! 

Nous avons recassé nos tirelires, où tout au moins ce qu’il en restait, pour faire une nouvelle excursion, à destination de la baie de la Fé et de l’île Pinzon. Au cours des deux sessions de snorkeling (encore plus fraîches malgré les combinaisons), nous avons le plaisir de retrouver des tortues, raies, requins à pointes blanches, lions de mer, avec en plus un iguane marin qui se laissait porter par le courant et plein de poissons multicolores voire fluos !

Le lendemain, il est temps de rentrer à Quito. Nous disons au revoir aux petites et grandes tortues du centre Darwin, et voyons même quelques iguanes terrestres, que nous n’avions vus qu’en captivité jusqu’ici, sur l’île de Baltra, où se trouve l’aéroport ! 

Ce séjour aux îles Galápagos aura comblé nos attentes, nous avons vu plein d’espèces animales dans leur habitat naturel. Cela reste cher car beaucoup de prestations sont surévaluées, mais nous ne regrettons pas d’avoir prévu un « budget Galápagos ». Comme pour l’île de Pâques, ce séjour a constitué des « vacances » dans notre voyage, dans un environnement unique ! Le tri des photos a été compliqué, nous espérons que vous aimerez notre sélection de photos et de vidéos !

Désolés par avance pour ceux qui ont des petites connexions internet 😉, on n’a pas réussi à faire moins. Les photos ci-dessous sont en 3 parties, une par île :

Diaporama Isla San Cristobal :

Diaporama Isla Santa Cruz :

Diaporama Isla Isabela + excursion Santa Cruz :

9 commentaires
  • Hélène et Bruno
    Répondre

    Voilà un rêve de voyageur devenu réalité. C’est magnifique !

  • La sister
    Répondre

    On sent bien que ceux qui règnent, c’est les animaux ! Ça doit être impressionnant de se retrouver au milieu de ces énormes tortues mais aussi des requins !

  • Colette&Michel
    Répondre

    Fabuleux, sublime, on avait hâte de voir votre reportage sur les Galápagos et on n’est pas déçus.
    Vous avez bien fait de casser votre tirelire: que d’images magiques emmagasinées!
    Merci de nous faire profiter, c’est digne des grands reporters!

  • Benoît et Philippine
    Répondre

    Génial votre article ! Ça fait rever de voir autant d’animaux dans leur milieu naturel. Les photos sont top et rigolottes 😉 bisous

  • Colette et Michel
    Répondre

    Superbe! Époustouflant! On avait hâte de voir ce reportage sur les Galápagos et l’on est pas déçus!
    Les images sont magiques, dignes des grands reporters. On s’est régalés.
    Vous avez bien fait de casser la tirelire car, quels beaux moments d’échanges avec les animaux vous avez pu vivre!
    Merci encore de nous les faire partager!

  • Jean et Evelyne
    Répondre

    Magnifiques ces reportages
    Jean a même cru voir une sirène nager a toute allure…
    Tant pis pour la tirelire cela en valait la peine
    Merci pour ce partage

  • Evelyne et jean
    Répondre

    Merci pour ces magnifiques reportages
    Jean a même cru apercevoir une sirène nager à vive allure
    Vous avez bien fait de casser la tirelire

  • Alexis Folliet
    Répondre

    Superbe les voyageurs , elles sont magnifiques ces photos 🙂

  • Anne-Cécile
    Répondre

    Bonjour les grands voyageurs, Magnifique cette faune en liberté, j’ai adoré vos vidéos. Delphine as-tu fini par gagner la course contre cette tortue 🙂 Merci de nous faire partager votre voyage. Bises

Répondre à Evelyne et jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *