Baños & boucle de Quilotoa

Baños & boucle de Quilotoa

Après une courte incursion sur la côte pacifique, nous retrouvons les Andes équatoriennes.

Baños est un peu la capitale des sports d’aventure en Équateur. La ville, bien touristique, est entourée de montagnes verdoyantes.

Nous nous sommes rendus à pied à la casa de arból, où deux tyroliennes et surtout plusieurs balançoires nous attendaient. Nous sommes donc prêtés au jeu de se balancer presque dans le vide, face à une brume assez épaisse qui nous cachait le volcan Tungurahua. Nous n’aurons pas vu ce volcan responsable d’éruptions fréquentes, mais aurons pris du plaisir à retrouver notre âme d’enfant !

Nous avons également loué deux VTT pour parcourir la route des cascades. Comme son nom l’indique, nous avons roulé sur la route reliant Baños à Puyo, qui longe la gorge du río Pastaza, passant à côté d’une bonne dizaine de cascades. C’était surtout de la descente et à la fin de la journée, un camion nous a ramenés, nous et nos vélos, à Baños. Ils ont bien prévu le coup ces équatoriens ! La plus grosse cascade s’appelle el Pailón del Diablo (le chaudron du diable), et nous avons compris pourquoi ! Un circuit de passerelles et de points d’observation nous a permis d’approcher au plus près de la cascade, nous mouillant (à nouveau) intégralement !

Un peu plus tard, les averses ont pris le relais, nous faisant rentrer rapidement à Baños ! Avec toute cette atmosphère humide, nous n’avons pas été tentés par une trempette dans les bains thermaux, pourtant un des points d’intérêt de la ville…

Nous nous sommes ensuite dirigés vers Latacunga, ville-étape d’une nuit, avant de nous lancer sur la boucle de Quilotoa. La boucle de Quilotoa est un réseau de sentiers de randonnée au milieu de la campagne, dont le point de départ ou d’arrivée est la laguna de Quilotoa. Nous avons choisi d’aller de Sigchos à Quilotoa sur 3 jours. Ce circuit présente plus de dénivelée positive, mais a l’avantage de nous récompenser le dernier jour avec l’objectif du trek : la laguna de Quilotoa.

Le premier jour, à Sigchos, nous faisons connaissance d’Ingrid et Manon, deux nantaises en « courtes » vacances en Équateur. Nous décidons de marcher ensemble. Nous traversons des villages isolés, des pâturages, des pans de montagnes tristement brûlés, des ponts et passerelles plus ou moins sportifs. Les paysages sont vraiment magnifiques !

Et le trek pas si difficile que ça pour nous, qui sommes bien acclimatés à l’altitude ! Nous atteignons la laguna de Quilotoa après une longue montée, et le spectacle en valait vraiment la peine : un lac bleu émeraude, à la forme circulaire car occupant le fond du cratère d’un volcan éteint… Des légendes locales affirment même qu’il est sans fond !

Après la séance photos de couple/de groupe/pour Insta de rigueur, nous rentrons au village de Quilotoa par le chemin des animaux (nous l’apprendrons plus tard de la bouche d’un enfant du coin). On aurait pu s‘en douter car ce chemin était à-pic au-dessus du lac et assez ardu (pardon Ingrid et Manon !), mais nous aura permis de croiser une petite famille de lamas très photogénique qui broutaient tranquillement, avec vue sur lac !

Nous rentrons de ce trek de 3 jours sur la boucle de Quilotoa fatigués (un peu) mais heureux (très). C’est toujours agréable de se retrouver en pleine nature, sans le bruit permanent d’Amérique du Sud ou les fumées des pots d’échappement. 

Ensuite, nous avons passé quelques jours à Quito pour préparer nos nouvelles vacances dans le voyage : les îles Galápagos ! 

6 commentaires
  • La sister
    Répondre

    Ça a l’air top la balançoire … moi aussi j’aurai bien aimé retrouver mon âme d’enfance !!!

  • Colette et Michel
    Répondre

    Sympa la balançoire! Aux cascades il ne vous manquait que le savon!!!
    Magnifique ce lac turquoise!

  • Emile
    Répondre

    RAS !

    Cordialement,
    Emile

    Nb: c est bon je ne suis pas à côté de la plaque?

  • Hélène et Bruno
    Répondre

    Voilà une belle boucle de randonnée avec ce lac en final
    Y -a -t -il des repères sur ces chemins andins? C’est si vaste….
    Les haltes étaient elles sympas?
    Merci pour ce beau reportage ….

    1. Delphine&Romain
      Répondre

      Il y avait quelques panneaux indicateurs mais on s’est bien aidés d’une carte téléchargée sur nos téléphones. Ce qui ne nous pas empêchés de devoir rebrousser chemin sur 200 mètres à deux reprises, car on discutait et avait raté le bon chemin!
      Nous faisions halte dans des hôtels avec chambres privées, en demi-pension copieuse, avec hamacs et salles de jeux… c’était grand luxe!

  • Shirley
    Répondre

    Vous nous donnez envie de voyager! Nous avons hâte de lire la suite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *