Valparaiso

Valparaiso

Nous avions quitté Pucon, ses volcans et ses lacs, la veille au soir, nous arrivons un dimanche au petit matin à Valparaiso (ou Valpo) : le contraste est flagrant !

Cette ville portuaire (qui n’est désormais plus que le 3ème port du Chili, et a donc perdu de son importance en Amérique du Sud) peut être comparée à Marseille, pour les connaisseurs : bordélique, pleine d’histoire, animée, crasseuse, mais bien vivante ! Certains quartiers ont été classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Pour la découvrir, quoi de mieux qu’une nouvelle visite guidée contre pourboire, menée de façon très énergique par Juan, un artiste chilien francophone.

Passage obligé par le port touristique, puis le plan, partie plate de la ville, où est située la majorité des commerces et des bâtiments administratifs de Valparaiso. Néanmoins, à Valpo, le plan n’est pas situé au bord de l’océan Pacifique, car le port industriel est intercalé entre les deux.

Par opposition au plan, les cerros, ou collines, sont véritablement le cœur vivant de la ville. Si l’on veut y accéder en s’épargnant une raide montée par des escaliers, on peut parfois emprunter des « ascenseurs » (en fait, plutôt des funiculaires, sauf un seul ascenseur, véritablement vertical). Ces ascenseurs, bien pratique, ne sont vraiment pas chers (13cts d’€) car destinés aux locaux et pas seulement aux touristes. Certains ont été déclarés Monuments Nationaux.

En flânant au milieu des cerros, nous découvrons une autre spécialité de la ville : le street art avec les murales (fresques murales), tags et graffitis. Certaines fresques couvrent tout une façade de maison, voire d’immeuble ! Même notre guide du jour Juan a contribué à cet art vivant ; il nous a montré une fresque de sa création au détour d’une ruelle.

Lors des quelques jours passés à Valparaiso, nous avons aimé découvrir de nouvelles fresques, même dans des rues que nous avions déjà parcourues quelques fois, et tâcher de reconnaître la « patte » des artistes locaux.

Nous avons également emprunté les transports locaux (minibus, roulant à vive allure, et taxis colectivos) pour découvrir les environs de Valparaiso.

Nous avons longé la côte, au Nord, passant par Viña del Mar et d’autres stations balnéaires très bétonnées en bord de mer pas franchement jolies, jusqu’à Concón (oui, le nom est rigolo!). Concón est la capitale gastronomique du Chili, mais à nouveau on est hors saison donc c’est un peu mort… Nous nous contenterons d’empanadas aux fruits de mer ! À Concón, il y a aussi de hautes dunes de sable au bord de la mer, ce qui contraste avec tout le béton environnant !

Au Sud, nous sommes allés voir Quintay, et son musée de la baleine, témoignage de l’époque où ce petit port était un haut lieu de la chasse à la baleine… qui est désormais interdite au Chili !

Après ces quelques jours passés dans cette ville énergique, nous nous sommes envolés pour une destination bien plus exotique ! À suivre…

6 commentaires
  • Colette et Michel
    Répondre

    On ressent l’énergie positive de cette ville à travers vos photos.
    Les fresques sont magnifiques. Que de couleurs!!!
    Bises

  • Alexis Folliet
    Répondre

    Valparaiso c’est trop cool 🙂

    Alors vous faîtes un teasing et vous ne dîtes même pas le nom de la prochaine destination 😉 ??

    1. admin
      Répondre

      Enfaite si… on est en retard dans les articles mais la travel map est à jour 😉
      Biz
      Rom

  • Hélène et Bruno
    Répondre

    Super, ces fresques toutes colorées. Votre visite guidée a du être un bon moment.

  • Anne-Cécile
    Répondre

    Magnifiques toutes ces fresques !!! C’est un peu bizarre, parfois vous êtes habillés comme en hiver avec doudoune et parfois en tee-shirt….il y a des micros climats ?? bisous

    1. admin
      Répondre

      Haha oui mais en fait on n’a pas bcp de fringues dans le sac donc il fait chaud = t-shirt, il fait froid = doudoune 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *