Uruguay

Uruguay

Nous vous avions quitté en plein suspense… Depuis Buenos Aires, un ferry durant à peine une heure et demi nous a fait traverser l’estuaire du Rio de la Plata, et nous voilà en Uruguay !

L’Uruguay compte 3,3 millions d’habitants, ce qui en fait le plus petit pays hispanophone d’Amérique du Sud. Il semble un peu coincé entre ses deux voisins immenses, l’Argentine et le Brésil. Nous avons retrouvé beaucoup de ressemblances avec l’Argentine : l’accent, la consommation compulsive de maté (infusion au goût amer), la gastronomie. Mais nous avons été agréablement surpris par leur tranquillité et leur courtoisie. En effet, les argentins et les chiliens sont très accueillants mais nous paraissent plus bruyants et parfois moins respectueux. Concrètement, l’Uruguay est le seul pays où on nous a laissé passer à un passage piéton ! 

Nous débarquons à Colonia del Sacramento, petite ville coloniale bien conservée et très charmante avec son centre historique paisible, ses rues pavées fleuries et ses voitures hors d’âge. L’ascension au phare nous permet d’apprécier la jolie vue. 

Deuxième étape, la capitale, Montevideo. En chemin vers la vieille ville, nous passons par la place Independencia, où nous assistons par hasard à la longue cérémonie de la relève de la garde républicaine, avec tambours et trompettes ! Vous noterez dans la vidéo ci-dessous la modernité de leur répertoire !

Les rues de Montevideo sont de temps en temps parfumées par une odeur inhabituelle. En effet, la consommation de cannabis est légale en Uruguay depuis 2013. 

L’Uruguay est renommée pour ses belles plages de sable sur la côte Atlantique.  La plupart des stations balnéaires sont plutôt bling-bling. Très peu pour nous, nous préférons nous diriger vers Cabo Polonio, un village de hippies dans une contrée sauvage. Ici, chaque maisonnette est autonome en énergie, avec ses propres panneaux solaires et/ou sa propre éolienne. Le village n’étant pas accessible par la route, des navettes type camion 4×4 rejoignent le village, à travers les dunes de sable. Après avoir rendu visite à la colonie de lions de mer ayant élu domicile aux pieds du phare et parcouru les longues plages de sable, nous décidons de reprendre la route. 

Une nuit en bus et à peine quelques heures de sommeil plus tard, nous sommes arrivés au Nord-Ouest du pays, à Salto. Cette ville est réputée pour ses stations thermales, donc, on vous le donne en mille, nous ne faisons pas prier (surtout Delphine) pour aller barboter dans l’eau chaude !

Ensuite, nous souhaitons retourner en Argentine, à Concordia, ville située de l’autre côté du Rio Uruguay. Une fois une connexion wifi retrouvée, nous nous apercevons qu’il n’y a plus qu’un seul moyen de traverser la frontières : à pied ou en stop. Ce sera en stop car un beau panneau d’interdiction de marcher nous stoppe net sur le pont/barrage hydroélectrique servant de poste frontière.

Nous arrivons à Concordia, ville provinciale tranquille, où nous nous reposons avant de retrouver un lieu beaucoup plus touristique…

5 commentaires
  • Hélène et Bruno
    Répondre

    Chic, un nouveau chapitre… Ce devait être bien agréable de flâner dans Colonia et de trouver ces vieux tacots. Sinon les habitants du village hippie sont ils accueillants? .. Avez vous manger des moules? Ou c’est le repas des éléphants de mer 😜

  • jean-Eude
    Répondre

    EL MUSEO DEL FUTBOL?? MI SUENOOO 🙂

  • Colette et Michel
    Répondre

    Bien agréable cette petite balade en Uruguay. C’est un pays dont on entend peu parler et qui paraît bien paisible comme le montrent vos photos.
    La voiture pot de fleurs, il fallait y penser!!!
    Bises

  • Thibaut et Shirley
    Répondre

    Trop genial! On rattrape un peu notre retard et on trouve des similarités avec l’ouest des États-Unis! Profitez! Bisous

  • Anne-Cécile
    Répondre

    Hello, j’aime beaucoup les photos que vous avez prises, certaines me rappellent Cuba. J’ai regardé à 2 fois la voiture qui sert de réceptacle, j’ai bien vu un arbre ? la photo des moules est superbe aussi. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *