La Paz

La Paz

Nous avons passé plusieurs jours à La Paz, capitale la plus haute du monde !

La ville de La Paz s’étale en effet entre 3 200 et 4 000 mètres d’altitude.

Une des particularités de cette capitale depuis 2014, c’est que plusieurs lignes de téléphériques desservent le centre-ville et les quartiers situés sur les hauteurs. Nous avons adoré emprunter les différentes lignes et appréhender la ville vue du ciel, évitant ainsi les bruits et les odeurs des pots d’échappement des nombreux taxis et bus locaux. 

Nous avons néanmoins poursuivi notre immersion dans la vie locale, en déjeunant sur les marchés et en dégustant les divers jus de fruits des étals dans la rue. Plus insolite, le marché des sorcières, où sont vendus notamment des fœtus de lamas séchés (à enterrer sous chaque nouvelle construction!) et des poudres, herbes et potions magiques en tout genre. Heureusement, nous n’avons pas eu à faire nos courses là-bas !

Nous avons assisté à l’activité du dimanche soir des paceñas, un sachet de pansacalla (pop-corn de maïs géant) à la main : un match de catch de Cholitas,ces femmes en tenue traditionnelle. Assez kitsch, un poil misogyne, mais très original !

La ville de La Paz est également toute proche de la Vallée de la Lune (après l’argentine et la chilienne, voici la bolivienne), canyon composé d’une multitude de cheminées de fée en argile, paysage qui évolue chaque année en fonction des pluies et du vent.

Nous avons également fait le plein de sensations fortes en descendant la « route de la mort » en VTT de descente. Pour résumer : 3 600 mètres de dénivelée négative, entre 4 700 et 1 100 mètres d’altitude, sur une piste caillouteuse, à flanc de précipice la moitié du temps, au cœur d’une forêt de nuages. En fait, il s’agit d’une piste qui n’est presque plus utilisée depuis la construction d’une nouvelle route, mais qui était très dangereuse avant, vu le nombre de croix qui jalonnent le bas-côté… Assez lugubre, mais c’est devenu une des attractions touristiques du coin, sans grand risque actuellement, car la piste est large, on n’a croisé pratiquement personne et des parapets ont été installés (que nos mamans soient rassurées !).

Nos muscles fatigués ont bien apprécié la piscine qui nous attendait tout en bas (enfin, surtout ceux de Romain qui ne s’est pas beaucoup assis sur sa selle, pour essayer d’exploiter les capacités de son super VTT) !

À suivre : changement radical de décor, nous découvrons l’Amazonie !

8 commentaires
  • Evelyne et jean
    Répondre

    Ouah, des photos alléchantes ,de quoi en faire baver quelques uns pour qui nos sentiers rando VTT sont bien insignifiants
    À bientôt en Amazonie

  • Shirley et Thibaut
    Répondre

    Merci pour ce bel article. On voyage en vous regardant vous régaler tant gustativement que sportivement!

  • Anne-Cécile
    Répondre

    Super les tenues de vttistes ! Très étonnée par les noix de coco, ils les cultivés à cette altitude ? J’ai adoré le match de catch, trop cool

    1. Rom
      Répondre

      Non elles viennent d’Amazonie. Et ils les transportent non pas en camion mais dans les cales de bus. (On a souvent perdu bcp de temps lors de chargement d’oranges, mangues, etc…)

  • Michel et Colette
    Répondre

    Une ville avec des images bien typiques et qui devient écologique grâce à ses téléphériques : on devrait prendre exemple!
    Paolo avec ses bonnes joues rouges est trop mignon.
    Et bravo pour la descente en VTT!!!

  • La sister
    Répondre

    wouahou trop top la descente en VTT ! vous avez du avoir de belles sensations …

  • Jean-richars
    Répondre

    Oulalala quelles frayeurs lors de cette descente…j’en ai le vertige pour vous les loulous! Bisous
    JR

  • Bruno et Hélène
    Répondre

    Merci pour ces scènes improbables ( catch, technicien perché), les scènes de vie de rue et de descente vertigineuse. Vous nous avez fait découvrir une ville surprenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *