Cusco et sa région

Cusco et sa région

Cusco nous a réservé beaucoup de surprises…

La ville de Cusco, située à 3 400 mètres d’altitude, était jadis la capitale de l’empire Inca.

Nous avons passé quelques jours à nous promener autour de sa Plaza de Armas, véritable épicentre de toute l’animation de la ville. Lors d’un week-end, nous avons même assisté à un défilé de danseurs traditionnels en costumes étincelants.

Dans les environs, on trouve de nombreuses ruelles incas bordées par des murs de pierres parfaitement taillées et ajustées. À l’époque, ils ne connaissaient pas le ciment mais taillaient les pierres. Leur savoir-faire nous a épatés !

Nous avons visité le couvent St Dominique, érigé sur les bases de l’ancien temple du soleil inca, qui était intégralement fait en or ou recouvert d’or. Bien sûr, les colons espagnols ont soigneusement pillé tout l’or pour l’envoyer en Espagne entre-temps. Par ici, on retrouve très souvent des fondations incas sous les bâtiments coloniaux.

Une marche dans les environs proches de Cusco nous a fait découvrir plusieurs sites incas, dont Tambomachay, le bain de l’Inca, mais surtout Saqsaywaman.

Saqsaywaman est un ancien sanctuaire et est impressionnant par ses enceintes disposées en zigzag, formées par des pierres aux dimensions colossales, qui là aussi s’emboîtent parfaitement les unes dans les autres. 

Après avoir parcouru la ville de Cusco pendant plusieurs jours, notre programme était de nous rendre à l’emblématique Machu Picchu, dont nous avions été obligés de réserver l’entrée une dizaine de jours auparavant, période touristique oblige. Pour accéder à « Machu Picchu Pueblo », plusieurs façons : le train touristique, à 250US$ l’aller-retour, ou le trajet en minibus suivi d’une marche de 11 km le long des rails de la voie ferrée. C’est bien sûr cette dernière version low-cost que nous avions choisie… Le dernier soir à Cusco, en pensant manger de façon prudente, et en voulant se faire plaisir, nous dînons dans un restaurant branché et bondé. Mal nous en a pris, nous avons été bien malades tous les deux ! La journée de transports en colectivo (minibus local partagé) puis la longue marche, pourtant sans grande difficulté normalement, ont été une épreuve ! Le lendemain, nous nous réveillons aux aurores, car nous avions prévu d’arriver sur le site du Machu Picchu dès son ouverture. En sortant de l’hôtel, nous sommes surpris par quelques gouttes de pluie mais nous restons motivés pour monter à pied (400 mètres de dénivelée) et non en bus au site, toujours afin d’arriver au plus tôt. Mal nous en a pris, la pluie s’est intensifiée pendant la montée, jusqu’à devenir diluvienne lors de notre entrée sur le site. C’est donc encore un peu malades, fatigués de la veille et trempés jusqu’aux os que nous visitons le Machu Picchu. Nous avons tout de même ressenti le mystère et aperçu entre deux nuages la splendeur de ce site Inca, une des sept nouvelles merveilles du monde, entouré de montagnes mystiques. De nombreuses questions demeurent encore sur la fonction de cette ville inachevée (résidence secondaire de l’empereur Inca et/ou sanctuaire religieux?), depuis que l’américain Hiram Bingham l’a fait connaître au monde entier en 1911. Nous terminons notre visite par deux décisions moins bornées mais plus coûteuses : redescendre en bus puis en partie en train.

Un peu remis, nous séjournons à Ollantaytambo, au cœur de la Vallée Sacrée. La Vallée Sacrée était en quelque sorte le grenier des Incas. Ollantaytambo est un village paisible, une fois les minibus de touristes partis, dont le centre-ville est occupé par des maisons coloniales bâties sur des soubassements incas. On y trouve une grande forteresse inca et ses greniers. 

Ensuite, nous avons visité Moray, avec ses terrasses en amphithéâtre ayant servi de centre de recherche agronomique du temps des Incas. En effet, ils reproduisaient différents microclimats, plus chaud en bas et plus frais en haut.

Nous sommes passés par Chinchero, village connu pour son artisanat textile et le costume traditionnel de ses habitantes, ainsi que ses ruines (incas toujours).

Nous avons également visité Pisaq, dont les ruines (incas encore) comprennent plusieurs quartiers résidentiels et des terrasses très étendues.

Pour terminer dans la Vallée Sacrée, mais n’ayant rien à voir avec les Incas cette fois, nous avons vu les salines de Maras. Ce sont d’étonnants marais salants, en terrasses, possibles grâce à une résurgence d’un ruisseau chargé en sel.

Nous terminons la visite des alentours de Cusco par la Rainbow Mountain, ou montagne aux 7 couleurs, ou Vinicunca… Mal nous en a pris, c’était peut-être en oubliant la période : juillet + fêtes nationales péruviennes + vacances des péruviens + week-end. Résultat : une agence aux prestations médiocres, 200 bus sur le parking et environ 3 000 personnes sur le sentier. Néanmoins, en arrivant au mirador à 5 030 mètres, la vue de cette montagne colorée et de la vallée rouge toute proche en valait la peine !

En conclusion, malgré les désagréments que nous avons rencontrés, nous avons été impressionnés par l’héritage inca et la beauté des sites naturels de la région. Nous vous recommandons tout de même de visiter la région mais pas en juillet-août !

Finalement, c’est avec le beau temps et de nouveau en pleine forme que nous continuons notre aventure péruvienne en direction de la côte pacifique.

Attention, si vous avez l’habitude d’utiliser le diaporama (clic sur une photo), la galerie ci-dessous est en 2 parties :

Partie 2 :

3 commentaires
  • Colette et Michel
    Répondre

    Nous sommes déçus pour vous au Machu Picchu!! Heureusement que vous avez pu avoir une petite fenêtre météo !
    C’est quand même fabuleux le savoir-faire des Incas. Dommage que les Espagnols les aient décimés et pillés!
    La Rainbow Mountain et la vallée rouge sont superbes. Quelles roches permettent ces couleurs ?
    Gardez bien cette forme retrouvée pour apprécier la suite! Bisous

  • Hélène et Bruno
    Répondre

    Oh là là ! Vous garderez une vision insolite du Machu Picchu ! Le caractère sauvage du site n’en fut que plus renforcé …. Les constructions incas sont très impressionnantes, avec une science admirable de l’appareil . Encore merci pour cet épisode de découverte inca.

  • Anne-Cécile
    Répondre

    J’adore toutes ces couleurs, les photos sont magnifiques comme d’habitude. J’espère que vous êtes tout à fait remis !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *