Medellín et ses environs

Medellín et ses environs

Nous avons exploré la région autour de Medellín.

Un peu à l’écart de la zone café, une journée de bus cahotante nous a amenés à Jardín. Le village nous a parus très authentique, avec toujours des jolies maisons colorées. Ici, les habitants prennent le temps de vivre, de boire un café en se balançant sur leur chaise sur la place du village. Les homme portent chapeau de cuir, bottes en caoutchouc et machette à la taille. Il n’est pas rare de croiser dans la rue des chevaux se faisant doubler par des motos ou des pickups !

Nous avons randonné jusqu’à plusieurs cascades, au milieu de bananiers, d’orangers, d’avocatiers, de plants de café et de tant d’autres arbres fruitiers ou aux fleurs exubérantes ! Nous avons même réussi l’exploit de ne pas nous faire tant tremper que ça en rentrant au village (saison des pluies oblige !)

Nous avons eu la chance d’observer dans une réserve plusieurs spécimens de coq-de-roche péruvien (nom latin pour les amateurs : Rupicola peruvianus), si particuliers avec leur crête rouge vif !

Le lendemain, nous avons entrepris une nouvelle petite randonnée, pour aller voir la cascade de l’amour, au nom si mignon. Une chienne de rue nous a sagement accompagnés dès que nous avons commencé le sentier. Nous l’avons nommée Arequipe en raison de sa couleur (arequipe = dulce de leche ou confiture de lait) ! Nous avons également suivi un senior du coin, qui faisait sa marche quotidienne aux abords du village et nous a donnés pas mal d’informations sur les oiseaux, les arbres et la vie locale ! Après avoir pris un bon café avec vue sur Jardín, il était temps de redescendre au village. Pour cela, les habitants ont construit le télécabine en bois de la Garrucha, qui survole des champs de bananiers et le lit de la rivière. Problème, Arequipe, la chienne du village, semblait ne pas vouloir nous quitter ! Nous l’emmenons donc avec nous dans la cabine. Ce devait être une première pour elle car elle n’avait pas l’air très sereine ! Mais elle a vite retrouvé ses habitudes et sa place sous une des tables d’une terrasse de café sur la place du village. Elle aura fait elle aussi sa balade quotidienne !

Nous nous sommes bien ressourcés à Jardín, un véritable écrin de verdure, d’authenticité et de tranquilité !

Place désormais à Medellín, deuxième ville de Colombie. Cette ville cherche à se relever de trois décennies d’extrême violence liée au narcotrafic. Medellín est désormais une ville dynamique et innovante, et nous a agréablement surpris. Certains quartiers (comme dans toutes les grandes villes d’Amérique du Sud) ressemblent à s’y méprendre à nos villes occidentales, avec des restaurants, des bars, des rues vivantes et sûres. 

Nous avons exploré le centre, qui se concentre autour de la Plaza Botero, où se trouvent 23 statues imposantes en bronze du plus célèbre des artistes colombiens, Fernando Botero. Nous avons d’ailleurs visité le Musée d’Antioquia, qui contient tout un étage consacré à Botero, ses peintures et sculptures. Ses personnages tout en rondeurs ont un côté attachant. Nous avons continué à nous instruire en visitant le moderne Museo Casa de la Memoria, consacré à l’histoire contemporaine de la ville de Medellín et du pays. 

Afin de voir de nos propres yeux le renouveau de Medellín, nous avons pris part à un « free walking tour » dans la Comuna 13. La Comuna 13 regroupe 23 quartiers, et était jusqu’à il y a une vingtaine d’années une zone de non-droit, où plutôt une zone ou les guérilleros et les paramilitaires avaient tous les droits, et où les policiers et militaires ne mettaient pas les pieds. Mais désormais cette ville dans la ville est un des visages du renouveau de la Colombie, avec le développement de nombreux projets sociaux et des efforts des politiques et des habitants pour la paix. Les premiers escalators urbains ont été installés ici, afin de faciliter les déplacements des habitants dans les quartiers bâtis sur les collines. Enfin, la Comuna 13 est désormais un haut lieu pour le street art. Nous avons eu la chance de voir de magnifiques fresques, prenant en compte l’histoire des quartiers et de ses habitants, et délivrant des messages d’espoir et de paix.

Bien sûr (vous nous connaissez), nous avons fait un petit tour en télécabine urbain. Medellín compte actuellement sept lignes opérationnelles, et deux sont en construction. Nous apprécions encore de prendre de la hauteur !

Situé à seulement deux heures de bus, nous avons passé deux jours à Guatapé, situé au bord d’un grand lac artificiel. Ici, les maisons (déjà colorées) sont décorées dans leur partie basse avec des zócalos, bas-reliefs colorés. Les motifs sont variés, représentant de la végétation, des scènes de la vie quotidienne ou encore des motifs géométriques.

À quelques kilomètres de Guatapé se trouve une curiosité géologique de 200 mètres de haut, la Piedra del Peñol, constituée de granit et de quartz. Afin d’éviter de sortir les cordes et baudriers, un escalier constitué de 659 marches a été construit sur un des flancs du rocher. Un petit challenge mais récompensé par une vue superbe sur le lac !

La région de Medellín nous a réservés de belles surprises, entre la verdure de Jardín, l’histoire et le renouveau de Medellín, et le charme de Guatapé. 

À suivre, moins de verdure (quoique…), plus de plages et d’océan !

3 commentaires
  • Hélène et Bruno
    Répondre

    Quel art de colorer les maisons : ces villes sont étonnantes .
    Quelle gaieté,! Ce chapitre de votre voyage donné la pêche….

  • Colette et Michel
    Répondre

    Que de couleurs!! Le street art est magnifique!
    Ça doit donner du baume au cœur de vivre dans ces villes si colorées! On adore
    La vision de Marie Antoinette et Louis XVI selon Botéro est très en accord avec l’opulence dans laquelle ils vivaient. Extra!!

  • Alexis Folliet
    Répondre

    Trop bien cet article, trop belles ces photos !!!

    On voyage en vous lisant c’est superbe 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *