San Pedro de Atacama et ses environs

San Pedro de Atacama et ses environs

Nous avons passé nos derniers jours chiliens à rayonner autour du village de San Pedro de Atacama, situé à 2 438 mètres d’altitude. 

Le village de San Pedro d’Atacama, quoique très touristique, est plutôt mignon avec ses maisons traditionnelles en adobe (briques de terre crue séchée au soleil). Deux rues centrales concentrent tout le nécessaire pour les touristes (agences de voyage, restaurants, hôtels, épiceries, boutiques d’artisanat made in Pérou ou China). Le charme n’est pas rompu pour autant car les panneaux lumineux sont interdits, donc tous les panneaux publicitaires sont en bois, même les noms des rues (sponsorisés par l’opérateur télécom du coin, on ne se refait pas !)

Le village de San Pedro de Atacama fait figure d’oasis au milieu du désert d’Atacama, le plus aride au monde. Certaines zones n’auraient pas vu la pluie depuis 400 ans !

Pour parvenir à San Pedro de Atacama au Chili, le trajet en bus depuis Salta en Argentine nous a refait passer par les Salinas Grandes, puis pendant plusieurs heures par des hauts plateaux andins à près de 4000 mètres d’altitude. De quoi provoquer à nouveau une bonne migraine à Delphine !

Lors de notre première soirée, nous rencontrons Tom et Flo autour d’une tournée de jus de fruits (même pour Romain, oui oui !), avec qui nous partageons la location d’un petit 4×4 les trois jours suivants.

Le premier jour, nous partons à la découverte du Salar d’Atacama. Première étape : la lagune Chaxa, où les montagnes et volcans environnants se reflètent selon un effet miroir très joli, et où nous pouvons admirer de près des flamants roses, dont certains « dansent le flamenco » en mangeant.

Nous cheminons ensuite au milieu de vigognes (camélidés sauvages, élégants, plus élancés que les guanacos rencontrés en Patagonie) et d’autruches jusqu’aux lagunes Miscanti et Miñique. Nous sommes à 4 120 mètres, le vent est frais, mais le cadre est splendide ! La journée se termine par un magnifique coucher de soleil depuis la Quebrada de Jerez, vallée-oasis où sont nichés quelques pétroglyphes.

Le deuxième jour, direction la vallée de la Lune, vaste étendue de sable, traversée par des reliefs minéraux et rocheux, crêtes, pics et collines d’aspect lunaire, et par une cordillère de sel. C’est encore différent de la vallée de la Lune que nous avions vue en Argentine, au parc Ischigualasto ! Nous pique-niquons face à une vue sublime, d’une fougasse figue-roquefort achetée à la boulangerie française (hmmm, le bon goût du pain français est inégalable!). Puis nous retournons dans le Salar d’Atacama, pour voir les Ojos del Salar, lagunes parfaitement circulaires situées à côté l’une de l’autre (il aurait fallu un drone pour prendre de jolies photos). Instant émotion, nous recroisons notre cher van, avec qui nous avons parcouru la Patagonie il y a plus de deux mois ! Il en a aussi parcouru des kilomètres, depuis que nous l’avions laissé à Puerto Varas ! Nous clôturons cette belle journée par une petite marche au bord de la lagune Tebinquinche.

Nous débutons la troisième jour en nous réveillant à 4h20. Nous rejoignons le champ de geysers d’El Tatio, situés à 4 300 mètres d’altitude, juste avant le lever du soleil. En résumé, ça caille ! Mais c’est grâce à la différence de température entre l’air extérieur (environ -10 degrés Celsius à cette heure-ci) et la vapeur d’eau (86 degrés Celsius à cette altitude-là) que l’on peut observer le spectacle magique des jets de vapeur qui s’élèvent vers le ciel.

Ces jets de vapeur sont dus au contact entre un fleuve souterrain gelé et le magma volcanique, lié à la présence proche du volcan El Tatio. Le champ de geysers d’El Tatio comprend plus de 80 geysers actifs, ce qui en fait le troisième le plus actif dans le monde. Romain profite des premiers rayons de soleil pour se baigner dans une piscine thermale, située sur le site des geysers. Delphine quant à elle, n’a pas le courage de braver le froid pendant les quelques secondes entre la piscine et les vestiaires ! Nous descendons tranquillement à San Pedro de Atacama, en profitant une dernière fois des paysages sublimes. 

C’est dans cet environnement minéral et désertique que nous quittons le Chili, où nous aurons passé 50 jours cumulés. Tout comme en Argentine, nous avons été charmés par la variété des paysages, depuis l’extrême-Sud de la Patagonie, en passant par la région des lacs, jusqu’aux contreforts des Andes. Désormais acclimatés à l’altitude, nous continuons notre ascension vers la Bolivie !

5 commentaires
  • Alexis Folliet
    Répondre

    Trop belles photos, bonne route à vous vers la Bolivie 🙂

  • Colette et Michel
    Répondre

    Encore de nouvelles découvertes et de belles images avec ces geysers. Quel contraste entre Romain en eaux chaudes et Delphine à l’air froid!!
    La danse des flamands pour déloger leur nourriture de la vase est originale!!
    Bisous

  • Colette et Michel
    Répondre

    Encore de nouvelles découvertes et de belles photos avec ces geysers! Quel contraste entre Romain en eaux chaudes et Delphine à l’air froid!!!
    La danse des flamands pour déloger leur nourriture de la vase est originale et burlesque!!!
    Bisous

  • jean-Pascal
    Répondre

    Hola hombres,
    cuidado con los coches.
    hasta la victoria siempre.
    JP

  • Killian
    Répondre

    Superbe trip ! Et bien cool ce ptit blog pour partager votre aventure.

    Éclatez vous et profitez bien !

    Killian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *