Sud-Lipez et Salar d’Uyuni

Sud-Lipez et Salar d’Uyuni

Nous changeons radicalement d’ambiance dès nos premiers instants en Bolivie.

Il fait froid, on croise beaucoup de Cholitas dans la rue (ces femmes habillées de façon traditionnelle, avec chapeau melon, châle, jupon volumineux et bas en laine) et les cris chantants des rabatteurs au terminal de bus sont soûlants.

Nous profitons d’une journée de transit pour visiter le cimetière des trains, tout proche de la ville d’Uyuni. Plein de trains rouillés qui créent une atmosphère assez étrange et même plutôt lugubre !

Nous nous dirigeons rapidement vers la ville de Tupiza, à seulement 2 850 mètres d’altitude, située dans un joli cadre de montagnes rouges.

Nous prenons nos premiers déjeuners à seulement 1,50€, et découvrons les environs de Tupiza. Bravant les chiens de rue un peu hargneux (selon Delphine), nous randonnons vers une formation rocheuse insolite, la « porte du diable », puis les cheminées de fée de la vallée de los Machos, et le canyon de l’Inca. On se croirait presque dans le far-west !

Mais surtout, Tupiza sera le point de départ d’une fabuleuse excursion de 4 jours/3 nuits dans la région du Sud-Lipez, se terminant en apothéose dans le Salar d’Uyuni. 

En mode Paris-Dakar…

Nous partons donc au petit matin, dans un 4×4, accompagnés de Claire et Antoine, deux angevins rencontrés lors du trajet en bus depuis Atacama. Hoshin sera notre chauffeur-guide, et Mabel notre cuisinière (oui, oui, grand luxe). L’agence a affrété un autre 4×4 pour accompagner 4 autres français, 2 Adrien, Sarah et Thomas. Nous prenons rapidement de l’altitude, et arrivons sur le haut-plateau d’Awanapampa, où plus d’une centaine de lamas gambadent paisiblement.

Nous nous arrêtons à la Ciudad del Encanto, avec ses formations argileuses faisant penser à une ville onirique.

À San Antonio de Lipez, ville en ruines, nous apercevons nos premiers viscaches, gros lapins mixés avec des écureuils. Cette ville, autrefois peuplée pour ses mines d’argent, a été abandonnée il y a 50 ans à cause de légendes selon lesquelles les habitants auraient signé un pacte avec le diable mais n’auraient pas respecté leur part du marché, ce qui aurait provoqué la mort de beaucoup d’habitants, et les habitants restants auraient vu des fantômes, provoquant l’abandon du village. On y croit ou pas, mais notre guide local nous fait découvrir des plantes locales, aux vertus médicinales multiples, dont certaines contre le mal des montagnes ou les maux de tête. On en fait un petit stock, au cas où ! Après cette première journée bien remplie, nous faisons halte dans un petit village situé à 4 200 mètres d’altitude. C’est rustique, mais nous dormons au chaud grâce à nos deux duvets et nos cinq couvertures !

Le deuxième jour, nous nous arrêtons dès les premiers rayons du soleil à la Laguna Kollpa, où était extrait un minerai servant également de détergeant. Mais cette exploitation est désormais interdite car nous nous trouvons dans une réserve nationale de faune andine. Les anciens ouvriers sont désormais reconvertis en garde-parcs, pour la protection de l’écosystème local. Ensuite, nous nous baignons avec délectation dans des eaux chaudes. Pas mal après la nuit frisquette !

Nous découvrons le désert de Dali, ainsi intitulé en raison des formations rocheuses insolites, et la Laguna Verde, majestueuse devant le volcan Licancabur, tout près de la frontière chilienne. Nous ne l’avons cependant pas vue verte car c’est le vent, absent aujourd’hui, qui crée cette coloration turquoise, lorsqu’il brasse l’arsenic en suspension. Après avoir traversé des paysages désertiques fabuleux, nous atteignons le site des fumeroles de Sol de Mañana, à 4 900 mètres. On aperçoit de la boue bouillonnante, des jets de fumée, et ça sent le soufre par endroits ! Le site devrait prochainement être utilisée pour produire de l’énergie géothermique.

Enfin, l’après-midi se termine à la Laguna Colorada. Le paysage est idyllique, avec plus d’une centaine de flamants roses, ce lac de couleur rose-rouge (dûe aux algues microscopiques dont se nourrissent les flamants), et plusieurs volcans en toile de fond. Et, comme s’ils avaient été mis là juste pour les photos, devant le lac paissent maman lama et bébé lama alias peluche ! Sur le lac se trouvent également des îlots de borax, faisant croire qu’il s’agit de nappes de glace.

Nous ne voyons pas le temps passer à profiter de la fabuleuse vue. Mais le soleil se couche, nous rejoignons notre refuge pour la nuit, une maison bâtie contre la roche.

Elle dort même en 4×4…

Le troisième jour, nous continuons à découvrir des formations rocheuses insolites, comme la « coupe du monde », le « chameau », et Italia perdida, ressemblant à une ville italienne avec ses avenues et son Colisée (les Boliviens ont pas mal d’imagination !). Nous faisons le plein de photos de groupe à la Laguna Negra, dont la forme rappelle celle de l’Amérique du Sud.

En fin de journée, nous approchons le fameux Salar d’Uyuni. Situé à 3 650 mètres d’altitude, ce désert de sel est le plus vaste du monde, et est encore exploité.

Sur 120 mètres d’épaisseur alternent une douzaine de couches de sel, de sédiments et minéraux, sulfates et carbonates. Ces dépôts remontent à l’asséchement progressif, depuis plus de 40 000 ans, des grands paléo-lacs formés au centre de l’Amérique du Sud après le retrait de l’océan Atlantique, qui venait il y a bien longtemps jusque-là. Nous assistons au magnifique spectacle du coucher de soleil, et testons l’aptitude de nos guides à faire de belles photos, en utilisant la lumière de la « golden hour » et les effets miroir de grosses flaques d’eau, résiduelles de la saison des pluies en février-mars.

Nous passons la nuit dans un hôtel de sel, après avoir chanté et dansé sur les airs de musique du charango et des percussions improvisées par nos accompagnateurs. Et bien, danser à cette altitude, ça essouffle !

Le quatrième jour, nous roulons dans la nuit noire, afin de rejoindre l’île Incahuasi, ou île aux cactus, au sommet de laquelle nous allons assister au lever du soleil sur le Salar.

Ensuite, vient le moment des photos rigolotes sur le Salar, utilisant les perspectives permises par cette étendue blanche. En fait, ce n’est pas si facile, et les photos prises par notre guide sont bien plus réussies que les nôtres !

Sur le trajet du retour, nous ne manquons pas de remercier St Christophe, patron des voyageurs, pour la réussite et la sécurité de notre voyage. Nos accompagnateurs passent un moment à lui donner des offrandes (feuilles de coca, bière, cigarettes), ce qui montre bien la complexité des croyances en Bolivie : un mélange de christianisme et de rites ancestraux indiens, dont le culte de la Pachamama (la Terre-mère). Malheureusement, la Pachamama doit observer avec tristesse son sort, car beaucoup d’endroits ressemblent plus à une décharge sauvage qu’à un endroit bucolique et préservé !

Nous arrivons épuisés mais heureux à Tupiza. Ces quatre jours, avec la petite famille formée par les six autres français et nos accompagnateurs de l’agence, nous ont paru comme un parenthèse où nous nous sommes faits chouchouter, et où nous avions juste à ouvrir les yeux pour profiter des paysages tellement variés et merveilleux que nous avons traversés. 

Et voici le reste des photos et avec légendes, comme sur les autres articles vous pouvez cliquer sur la première et faire défiler… Il y en a quelques-unes… Bon courage 😉

13 commentaires
  • Florian
    Répondre

    Hi hi! On voudra voir ces quelques photos en plus grand 😉 !!

  • La sister
    Répondre

    Ça donne envie d’aller faire un tour en Bolivie ! Elles sont bien drôles les photos et vidéos dans le désert, je suis fan !!!

  • jean-thomas
    Répondre

    Attention aux coups de soleil dans le salar les loulous ! 🙂

  • Sylvaine
    Répondre

    Ah bein quand même !!! On commençait à s’ennuyer sans nouvel article ! Mais bon, il est bien alors on vous pardonne ! Géniales vos photos. Et je peux vous demander de rapporter peluche dans vos bagages? Il pourra tondre la pelouse chez nous… Ha, j’entends Olivier qui proteste ! Bisous les kikis

    1. Delphine&Romain
      Répondre

      Romain aussi proteste.. Apparemment mon sac a dos est déjà assez rempli comme ça!

  • Alexis
    Répondre

    Non mais il est génial cet article !!

    La vidéo est trop fun et les photos sur le salar trop cools !!

    Ralalala on va reprendre notre sac à dos avec Babeth c’est parti

    1. Delphine&Romain
      Répondre

      Rejoignez-nous;-)

  • Colette et Michel
    Répondre

    Quel régal de vous lire et vos photos sont vraiment sublimes. Vous vous êtes éclatés!
    Lors de précédents reportages on s’était dit que vous aviez atteint le summum en beauté de paysages mais là c’est encore un degré supérieur. Que vous avez eu raison d’aller vivre de tels moments!!!
    Continuez à remercier St Christophe!

  • Les Archi en Amérique du Sud
    Répondre

    Trop bien votre reportage , c’est un de nos meilleurs souvenirs dans notre trip . bizs

  • Emile
    Répondre

    Wahouuuu ! Que c’est beau ! Incroyable tout ce que vous voyez/vivez ! Nous aussi on aimerait bien vous rejoindre avce Greg ! Profitez bien les copains 😘

  • Hélène et Bruno
    Répondre

    Vous nous transportez dans un univers féérique avec talent. Le récit est captivant et les images somptueuses. Bravo pour les séquences « Gulliver » surtout quand on les voit sur grand écran. Merci pour ce magnifique reportage !

  • Shirley
    Répondre

    Encore un magnifique article! On sent vraiment que cette excursion vous a plu! On a hâte de lire la suite!

  • Anne-Cécile
    Répondre

    Bonjour les cousins, je n’avais pas encore eu le temps de visualiser votre dernier reportage ! il est génial, j’adore les photos, absolument géniales. On en a parlé lors de la fête de famille …. j’espère que vous avez bien reçu notre photo de groupe !! Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *